Mitsubishi J2M3 Raiden Jack
Chasseur monomoteur monoplace

Cyber Aéro Breton - Japon Cyber Aéro Breton - Mitsubishi J2M3 Raiden Jack Cyber


MOTORISATION : Mitsubishi MK4R-A Kasei 23a
Moteur de 12 cylindres en V inversé refroidi par liquide
Puissance développée: 1050 ch au décollage, 1100 ch à 3700 m et 2950 ch


ARMEMENT
2 canons Type-99 de 20 mm alaires
2 canons alaires Type 99-II de 20 mm
120 kg de bombes

PERFORMANCES
Vitesse maximale= 585 km/h - 610 km/h
Vitesse croisière= 350 km/h
Vitesse ascension= 1100 m/mn
Plafond pratique= 11 000 m
Autonomie= 1890 km


DIMENSIONS
Envergure Longueur Hauteur Surface alaire
10,80 m
9,70 m
3,80 m
20,05 m2

MASSES
Vide Charge Maximale
2575 kg
3435 kg
0 kg

HISTOIRE

Le MITSUBISHI J2M RAIDEN JACK (" coup de tonnerre "), désigné " Jack " par les américains, répondait aux exigences de la Marine Impériale pour un chasseur terrestre d'interception ayant un fort taux de montée et une vitesse importante. Cet avion massif, mais à l'aérodynamique raffinée, conçu en avril 1940, vola pour la première fois en mars 1942, sous la désignation Mitsubishi J2M1 Raiden Jack. L'avion était exceptionnellement stable tandis que l'armement et les performances le plaçait en tête des intercepteurs de la marine. La maniabilité, surtout à grande vitesse, était par contre déficiente. Le MITSUBISHI J2M RAIDEN JACK ne répondait donc pas à la tradition japonaise sur la maniabilité. Sa vitesse était due à sa légèreté (aucun blindage, ni au poste de pilotage, ni aux réservoirs), à la surface de ses ailes et à son moteur puissant. Des problèmes de fiabilité du moteur et de train d'atterrissage, de vibrations, d'accidents et désintégrations inexpliqués, et une mauvaise visibilité vers l'avant poussèrent à la fabrication du Mitsubishi J2M2 Raiden Jack. De meilleures performances ainsi qu'un armement conséquent et une protection des réservoirs et du pilote pouvaient être obtenus qu'au détriment de la maniabilité et du poids. Ce modèle introduisait un moteur plus puissant, dont les problèmes ne furent jamais résolus. Le Mitsubishi J2M2 Raiden Jack fut produit à 159 exemplaires et mis en service en décembre 1943. La production du Mitsubishi J2M3 Raiden Jack commença en parallèle avec celle du Mitsubishi J2M2 Raiden Jack, mais il le supplante rapidement. L'aile était renforcée pour accroître l'armement au détriment de l'autonomie une fois encore. Un nouveau cockpit en dôme résolut le problème de visibilité des premiers Jack. Ce fut le modèle le plus répandu avec 281 exemplaires produits. L'arrêt de la production fut envisagé au profit du KAWANISHI N1K1 KYOFU REX, mais on lui trouva une nouvelle utilité. En effet, le MITSUBISHI J2M RAIDEN JACK était le seul chasseur à avoir des performances suffisantes pour intercepter de jour à haute altitude les raids de BOEING B-29 SUPERFORTERESSE . Les Mitsubishi J2M4 Raiden Jack, Mitsubishi J2M5 Raiden Jack et Mitsubishi J2M6 Raiden Jack seront alors mis en service en 1944 avec un moteur turbocompressé et un armement diminué, pour emporter 2 bombes destinées à détruire les BOEING B-29 SUPERFORTERESSE. Les priorités de production et les bombardements alliés réduirent la production du Raiden à 476 exemplaires. Le MITSUBISHI J2M RAIDEN JACK fut utilisé essentiellement pour la défense du Japon, mais il participa en petit nombre à la défense des Mariannes puis à celle des Philippines en 1944. Quelques exemplaires furent capturés et expédiés aux U.S.A., où ils y furent essayés. Les pilotes et techniciens américains constatèrent les excellentes qualités de ces appareils .



Source documentaire du : Mitsubishi J2M3 Raiden Jack