Junkers Ju 88 R-1
Bimoteur biplace de reconnaissance photographique stratosphérique

Cyber Aéro Breton - Allemagne Cyber Aéro Breton - Junkers Ju 88 R-1 Cyber


MOTORISATION : Junkers Jumo 207B-3
Moteur de 12 cylindres en V inversé refroidi par liquide
Puissance développée: 1050 ch au décollage, 1100 ch à 3700 m et 2950 ch


ARMEMENT
AUCUN

PERFORMANCES
Vitesse maximale= 420 km/h à 9000 m - 370 km/h à 14000 m
Vitesse croisière= à 13700 m à long rayon d'action: 250 km/h
Plafond pratique= 14400 m
Autonomie= norm: 1000 km - maxi: 1745 km


DIMENSIONS
Envergure Longueur Hauteur Surface alaire
32,0 m
16,45 m
4,05 m
97,50 m2

MASSES
Vide Charge Maximale
6780 kg
11530 kg
0 kg

HISTOIRE

Au cours de cette même année 1943, entra en service une nouvelle version de chasse de nuit, le Junkers JUNKERS JU 88 R. Identique par sa cellule et ses équipements au JUNKERS JU 88 C-6b, le JUNKERS JU 88 R-1 en différait essentiellement par ses moteurs BMW-801.MA, alors disponibles, tandis que le JUNKERS JU 88 R-2 recevait des BMW-801.D. Un de ces appareils, capturé intact par les Britanniques après avoir atterri dans des conditions encore mal définies sur le terrain de Dyce, près d'Aberdeen, permit aux équipes d'essai du Royal Aircraft Establishment de vérifier les excellentes qualités de vol du chasseur Junkers, mais surtout d'examiner le radar FuG-212, lequel leur parut plus précis et accrochant mieux l'objectif que le radar anglais AI Mk-IV. La longueur d'onde du FuG-212 étant connue, la parade consista pour la RAF à larguer, lors de l'attaque des villes allemandes, des millions de " windows ", bandelettes de papier métallisé qui multipliaient les échos sur les écrans des radars. La défaillance du système Himmelbelt fut particulièrement mise en évidence à l'occasion des terribles raids de juillet 1943 sur Hambourg. De nouveaux procédés furent alors mis au point. Aux chasseurs guidés par radar JUNKERS JU 88 et MESSERSCHMITT ME 110 s'ajoutèrent des chasseurs monomoteurs FOCKE-WULF FW 190 et MESSERSCHMITT ME 109 équipés d'un système de détection simplifié. Ces appareils, décollant à l'approche des bombardiers, montaient à une altitude plus élevée que ces derniers afin de les voir se profiler sur les villes en flammes ou volontairement éclairées. Ce procédé, baptisé " Wilde Sau " (Truie sauvage), fut mis au point par le Major Hajo Herrmann, ancien as sur JUNKERS JU 88 A au III/KG-30. Parallèlement, les JUNKERS JU 88 A-0 étaient, engagés, avec les MESSERSCHMITT ME 110 ,dans les opérations " Zahme Sau " (Truie domestique), qui étaient, en fait, un retour aux techniques " intruders " de 1941. Ce type de m issions, qui se développa largement pendant les dernières années de la guerre et qui avait été conçu par l'Oberst von Lossberg, convenait particulièrement au JUNKERS JU 88 , auquel son autonomie (sept heures de vol) évitait de se poser aussi souvent que le MESSERSCHMITT ME 110 pour se ravitailler. L'efficacité du bimoteur Junkers fut encore accrue par la mise en service, à la fin de 1943, d'un nouveau radar de bord, le Lichtenstein SN-2.FuG-220, qui fut monté sur le JUNKERS JU 88 C-6c. Étudié en 1942, ce nouveau radar avait une fréquence de 90 mégacycles, qui lui évitait d'être brouillé par les " windows ", et sa portée s'étendait de 400 m à 6 km. On lui adjoignit par la suite un radar de proximité FuG-202, pour les portées inférieures à 200 m, et deux autres équipements de détection complémentaires: le Flensburg, dont les antennes étaient placées dans les ailes et dont la fréquence correspondait à celle des détecteurs Monica installés dans la queue des bombardiers britanniques; le Naxos, branché sur la fréquence des radars H2S dont étaient équipés les bombardiers " pathfinders " de la RAF. Grâce à ces équipements radars ultra-modernes combinés à des méthodes de combat améliorées, les chasseurs JUNKERS JU 88 connurent une nouvelle période de succès, infligeant de très lourdes pertes à la RAF, surtout lorsqu'ils étaient pilotés par des as de la Nachtjagd, comme le prince zu Sayn-Wittgenstein qui, sur JUNKERS JU 88 C-6, obtint six victoires homologuées dans la seule nuit du 1 er au 2 janvier 1944 .



Source documentaire du : Junkers Ju 88 R-1